RDC-Le gouvernement Ilunkamba: Félix Tshisekedi grave ses marques, Kabila connait ses limites et Fayulu jase

Paresseux, opportuniste, hypocrite n’attaquant ses proies que de dos, incapable de pourchasser celle qui s’échappe de lui, ces faiblesses du léopard se noient toujours dans la terreur que son allure et ses crocs imposent dans le paysage animal. L’odeur de son urine fait changer aux autres animaux leur parcours. Ses griffes dans les arbres leur font comprendre que le danger n’est pas loin.
ça jase dans l’environnement politique Congolais, et, trois catégories de gens s’en dégagent.
Dix-huit ans de règne présidentiel de Joseph Kabila marque les jeunes du même âge. Un pouvoir sans partage, ils n’ont connu que ça. Avant eux, au nom du même modèle, Mobutu avait ravi trente-deux ans d’humanité et de démocratie à leurs parents et grands-parents. Alors en référence à leur passé, ils s’accrochent à l’idée qu’un dictateur ne perd pas aux élections. Et aussi, Ils y croient parce qu’un chef donne les ordres, on leur a dit. Un chef n’écoute pas ses subalternes, on leur a répété. Un chef ne se fait pas critiquer, on le leur a inculqué.
La deuxième catégorie croit qu’un président qui s’incline devant la constitution, qui négocie avec son prédécesseur, qui reconnait à l’opposition sa liberté et ses droits est un politicien conscient et soucieux de la paix et la sécurité de son peuple. Un grand nombre de politiciens Congolais avaient trempé leur nez dans la corruption. La liste s’étend du FCC jusqu’aux confins de l’actuelle opposition. Si Felix Tshisekedi arrêtait les uns aujourd’hui, les autres ne seront épargnés non plus. La grandeur de Nelson Mandela et ses semblables vient de cette façon de faire. ”On repart à zero, mais à partir de maintenant, si tu es pris la main dans le sac, la justice va faire son travail.’‘ dit Félix Tshisekedi. Le président Congolais a donc opté pour la coalition qui lui donne, au respect de la constitution, beaucoup plus de manœuvres qu’il n’en aurait dans une cohabitation.
La troisième catégorie, partisanne de la démagogie, ferme les yeux sur toute vérité. Ont tous porté la signature de Félix Tshisekedi: La libération des prisonniers politiques, le retour au pays des exilés politiques, la libéralisation des medias, l’ouverture de l’Hotel Fadden House de Martin Fayulu… Quand la signature avait le ”label Kabila”,  Sammy Badibanga et Bruno Tshibala, débauchés de l’opposition par celui-ci, au temps chaud des tractations d’avant les élections n’ont pas réussi, sous leur primature, à réaliser les conditions précitées.  Le président Congolais se défait de vieilles outres et offre au pays, un gouvernement composé à 77% de nouvelles têtes.  Cependant, Fayulu déclare : ‘’Le nouveau gouvernement Ilunga Ilukamba est l’œuvre de Joseph Kabila…’’. 
Le léopard a beau se faire appeler ‘’Roi’’ dans certains coins, Il sait que son territoire s’étend de 30 à 78 km2, et peut même aller jusqu’à 400 km2 dans certaines zones. Mais, il sait aussi que le territoire du lion, lui, va de 20 à 500 km2, et voire plus. Il sait que si les petits animaux ne pénètrent pas son territoire, lui non plus ne pénètre celui du lion que celui-ci a délimité avec sa selle et de l’urine.
Félix Tshisekedi grave ses traces dans le paysage politique Congolais, Joseph Kabila connait ses limites et Martin Fayulu choisit de jaser.

Félix Tshisekedi

Félix Tshisekedi new
RDC – La stratégie l’emporte sur le nombre