Jessica Dorsey, son ‘’Shake up’’ chrétien est une musique chargée d’émotions et de messages

Meilleure interprète féminine du prix SACEM en 2010, Jessica est la première artiste chrétienne francophone à recevoir ce prix. Sa musique est une fidèle visiteuse des familles chrétiennes des départements d’outre-mer. ‘’Ce prix prouve en tout cas, que le Gospel a sa place dans le paysage musical en général. Une nouvelle voie est ouverte à cette forme d’expression musicale, je pense !’’, dit-elle.

‘’La perle authentique du Gospel francophone’’ et ‘’la plus américaine des chanteuses de gospel francophone’’ sont deux appellations qui expliquent mieux l’impact de sa musique dont elle dit : ‘’J’ai créé mon propre style que j’ai baptisé ‘’Shake up’’ qui est le mixage du Soul, Jazz, Gospel, Negro-spiritual et une touche de musique caribéenne…’’

Le monde exige et attend plus des chanteurs de Gospel parce que leur musique est plus un message qu’un divertissement. C’est pour cela que Jessica fait de sa musique ce qu’est réellement le gospel : ‘’Une musique positive chargée d’émotions et de messages. Elle permet de s’ouvrir à la joie, à l’amour, elle apaise certaines fois, enchante, fortifie et pénètre dans la profondeur de la tristesse pour en faire sortir de l’allégresse. Cette musique me donne de l’énergie ; les textes sont empreints d’espérance et je crois que nous en avons tous besoin. Pour ceux qui l’écoutent ou qui osent la découvrir sans préjugés, elle peut devenir un pilier central d’une existence.’’

Une voie qu’elle s’est choisie, un chemin qu’elle prend, le gospel. Et elle ne s’en plaint pourtant pas. ‘’Etre chrétien aujourd’hui, mine de rien, n’est pas de tout repos. C’est une lutte perpétuelle contre nos propres fautes et défauts. C’est aussi garder en tête qu’on n’a pas à juger l’autre car souvent on finit par faire pire que ce qu’on reproche à l’autre au départ. C’est se battre contre soi-même. La vie nous confronte à une réalité qui devient de plus en plus rude. Les gens ne savent pas faire la différence entre être chrétien et être religieux. Il est de plus en plus difficile aussi de faire la différence entre le bien et le mal car la société actuelle nous ‘’libère’’ de tout sens moral…la facilité avec laquelle nous avons accès aux informations aujourd’hui nous laisse croire que tout est permis. Les jeunes chrétiens doivent donc s’appuyer sur les écritures saintes et l’éducation reçue depuis leur jeune âge afin d’être bien préparés à affronter les difficultés de la vie. Le fait d’être élevé dans une famille chrétienne donne un sentiment de protection…La peur ici est de nous éloigner et de perdre complètement notre repère qui est Jésus. Nous faisons des erreurs comme tout le monde car après tout, nous sommes faits de chair et de sang, mais nous essayons plutôt d’être réels en conservant une qualité spirituelle dans notre façon de vivre. Personnellement, c’est le fanatisme qui m’effraie le plus et les interprétations qui sont quelques fois abracadabrantes. On se rend compte que la foi c’est l’espérance que toutes ces luttes ne seront pas vaines, et que toutes les promesses Bibliques seront honorées par une vie juste.’’