USA-Pourquoi Trump a-t-il perdu?

Akissi Delta – Sans instruction et sans formation théâtrale, la créatrice de la série ”Ma famille” explique son parcours jusqu’au cinéma
October 3, 2020
RDC-Les consultations présidentielles: Le FCC et Lamuka/Fayulu paniquent
November 17, 2020

Official portrait of President Donald J. Trump, Friday, October 6, 2017. (Official White House photo by Shealah Craighead)

Bernie Sanders avait vu juste. Il déclarait dans une émission télévisée que si la vague bleue l’emportait dans le Michigan, en Pennsylvanie et dans l’Arizona, il voyait Trump se précipiter à la télévision et s’autoproclamer vainqueur de l’élection présidentielle de 2020.
Dans la nuit du Mardi 3 Novembre 2020, l’Amérique a assisté au scénario prédit par Sanders;Donald Trump, effrayé par la tendance en sa défaveur s’autoproclame gagnant pendant que le comptage était en cours. Il enfonce davantage le couteau dans la plaie d’une Amérique déjà divisée par les brutalités policières dont la dernière a été la mort en direct de Georges Floyd, tué par un policier blanc, un système judiciaire qui a envoyé près d’un million de noirs en prison pour des bévues mineures, le système éducationnel à deux partitions privilégiant les écoles des quartiers riches au détriment de celles des quartiers pauvres et aussi la présence imposante dans les rues d’un racisme jadis caché dans les salons des maisons.
La plus grande promesse de campagne de Trump en 2016 qui avait touché le cœur des conservateurs a fait des déçus dans son propre camp; quatre ans plus tard, le mur entre les frontières Américaine et Méxicaine ne s’est pas élevé! La majorité de la population a eu aussi son lot de déceptions; son approche sur la politique d’immigration a rempli les cachots des frontières avec femmes et enfants et poussé les autres à prendre des risques de traversée faisant de 2019 l’année la plus meurtrière avec plus de 800 morts selon l’agence des Nations Unies pour l’immigration. Son attitude irresponsable sur les brutalités policières ne l’a pas aidé non plus. Bien que les Afro-Américains soient 3,5 fois plus susceptibles d’être tués par la police que les blancs selon une étude publiée dans l’ “American Journal of Public Health”, Donald Trump a, dans une interview, cherché à effacer toutes ces statistiques en soutenant que les blancs sont les plus grandes victimes des brutalités policières.
La négligence affichée au début de la pandémie du coronavirus – un virus chinois qui ne pouvait pas traverser les frontières de la Chine selon lui – et les morts qui s’en sont suivis – 10.500.000 cas et 242.000 morts à ce jour – ont affecté ce qui lui restait d’estime dans la population.
Ses tweets enflammés ne l’ont pas emporté sur la sanction du peuple Américain en général et de l’Arizona, de la Pennsylvanie, du Michigan et de la Géorgie en particulier qui ont remplacé la vague rouge par la bleue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *