La plateforme ‘’Lamuka’’, La diaspora haineuse et le soulèvement populaire

Vivica A. Fox, sailing accross the waters of ”Dr. Bello” to meet with Africa
June 28, 2021
USA: Ben Affleck invite le Congo à Hollywood
June 29, 2021

Le ballon ‘’Lamuka’’, gonflé à Genève avec le souffle de sept opposants congolais, troué le lendemain après le retrait des signatures de Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi et Vital Kamerhe, s’est complètement vidé de son souffle à Bruxelles, en Belgique. Jean-Pierre Bemba l’illustre ainsi : ‘’Fayulu a été choisi pour battre le candidat de Kabila et il l’a battu.’’ En d’autres termes, Fayulu a joué son rôle et ça s’arrête là.’’ A son tour, Katumbi renchérit : ‘’Félix, c’est un frère, le problème qui est là c’est qu’il faut d’abord décortiquer le mal, et le mal c’est quoi dans notre pays ?…Le mal c’est Kabila’’. Ce qui revient à dire ‘’ Le mal étant écarté de la tête du pays, je peux maintenant travailler avec mon frère.’’
Martin est un animal blessé. Fayulu est seul.
Après le conclave de trois jours, cette plateforme est donc morte de sa belle mort. Martin Fayulu a mis beaucoup de temps à faire campagne pour la vérité des urnes. Martin Fayulu est passé à côté de son bonheur en refusant la main tendue du Président Félix Tshisekedi. Et aujourd’hui, il se frotte à Bemba qui se veut, non seulement patron de Lamuka, mais aussi chef de file de l’opposition congolaise. Moïse Katumbi, quant à lui, s’exprime par le biais de ses partenaires dont l’un d’eux, Francis Kalombo a dit, il y a deux jours : ‘’A chaque fois qu’on a besoin de moi pour l’intérêt de mon pays, je n’hésite pas…’’
Pendant ce temps, une certaine diaspora congolaise au leitmotiv ‘’Soulèvement populaire’’ cherche à lui faire porter, une chaussure qui n’est pas sa pointure. ‘’Je viens pour qu’on trouve des moyens…’’, dit Martin Fayulu à celle-ci. Un leader vend sa vision ; il n’achète pas celle de la foule. Aux Etats-Unis où il se rend après le conclave de Bruxelles, la foule se tait et les masses s’estompent. Et du pays, le ‘’Pas Fayulu ; c’est Félix le président’’ scandé par l’échantillon du peuple au stade des martyrs lors du match RDC vs Liberia n’est pas un écho de tout repos.
Pour clore, l’ancien journaliste Kwebe Kimpele, installé en Europe l’exprime mieux lors d’une interview : ‘’Lamuka fut une plateforme électorale. L’élection présidentielle est terminée depuis le 30 Décembre 2018. Lamuka n’a plus sa raison d’être. Elle aurait dû être sabordée, liquidée au lendemain de l’élection présidentielle…Elle ne sert strictement à rien, sinon à endormir les gens.’’
Lamuka n’a pas voulu s’en aller seule ; elle semble avoir emporté Martin Fayulu avec elle dans sa tombe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *